10/09/2015 - Omnisports - Conseil Général de la Vienne

Fête des Sports édition 2015.

A l’occasion de la Fête des Sports organisée par le Département dimanche 30 juillet dernier, Le Petit Musclé a pu récolter les réactions de la Vice Présidente du Département, Madame Pascale Guittet en charge des sports, Bruno Grignard directeur au service des sports du Département, et le nouveau directeur du CREPS, Patrice Behague.

  •  Pascale Guittet, vous êtes actuellement vice présidente chargée des sports. Quel est votre parcours?
  • J’étais étudiante dans les années 80, à l’université des sports de Poitiers (UREPS). J’ai ensuite passé ma Licence et une maitrise en management de sports. Pour continuer dans le domaine du sport, j’ai donné des cours de gymnastique volontaire, puis, après avoir eu mes enfants, je me suis présentée comme maire à Pouillé, où je suis élue depuis plus de 20 ans. Fin 2014, on m’a proposé de me présenter sur le canton de St Julien L’Ars, devenu canton de Chasseneuil du Poitou où je suis élue. Forte de mes expériences antérieures dans domaine du sport, le président du Département Bruno Belin m’a proposé cette Vice-Présidence du Conseil Départemental en charge des sports.
  • A présent que vous êtes en charge de cette fonction, quels vont être les objectifs du Département ?
  • Tout d’abord, continuer ce qui a été lancé par mes prédécesseurs. L’objectif principal est de mettre des activités sportives au sein des collèges et être un partenaire financier de toutes les associations sportives. Le Département aide également les grands clubs et les animations sportives qui sont mises en place dans le département, comme aujourd’hui lors de la Fête des sports. Nous avons également mis en place le « Top des sports » qui a lieu tous les deux ans (prochaine édition en 2016), la caravane des sports mise en place depuis plusieurs années permet également aux jeunes de découvrir sur leur canton différentes activités sportives connues ou méconnues.
  • Comment se matérialise l’aide apportée par le Département aux associations ?
  • L’aide aux associations sportives se traduit sous forme financière. Pour cela il faut que le projet touche différents critères que sont le sport féminin, le handicap, l’achat de matériel pédagogique. Le Département aide aussi lors des animations sportives importantes qui se déroulent dans le département ou dans la région comme très récemment pour le Tour Poitou-Charentes. Nous aidons aussi les clubs de très haut niveau qui évoluent à l’échelle nationale comme le volley, le basket ou encore le tennis de table, le kayak et le triathlon. Une belle vitrine qu’est le sport départemental ici dans la Vienne.
  •  
  • En effet, le sport se porte très bien dans la Vienne. Bruno Grignard insiste lui tout particulièrement, sur la qualité et l’opportunité qu’offre cette journée.
  •  
  • Bruno Grignard, vous êtes Directeur au Service des Sports au sein du Département. Quel est le but de cette manifestation ?
  • Le but est de faire découvrir les sports autres que par une plaquette ou une publicité comme on le fait lors des journées des associations. Les jeunes ou moins jeunes peuvent pratiquer, des sports qu’ils n’avaient pas pensé. C’est aussi un moyen de mettre en avant tout le travail qui est fait par les comités départementaux car on les connait peu. On connait surtout les clubs mais peu les comités qui mutualisent fédèrent mais aussi qui règlementent la pratique sportive. C’est l’occasion qu’ils mettent en avant le travail qu’ils font au quotidien. Nous avons sur notre territoire de magnifiques installations tel que le CREPS qui très souvent de fois méconnu car dans l’image collective, le CREPS c’est le sport de haut niveau alors que c’est accessible pour tout le monde. C’est également la possibilité de valoriser ce qui se fait dans le département. Nos interlocuteurs sont principalement les comités départementaux. C’est pour cela que certains sports ne sont pas présents malheureusement, faute à l’absence de comités départementaux. On se rattrapera dans les éditions prochaines.
  •  
  • Rendez-vous est donc pris, pour l’édition 2016.

  •  
  • Le nouveau directeur du CREPS, Patrice Behague, quant à lui, en a profité pour nous raconter son parcours, et le projet qu’il souhaite développer ici à Vouneuil Sous Biard. 
  • Vous avez été nommé très récemment à la tête du CREPS Poitou-Charentes. Quel est votre parcours ?
  • Je suis un ancien judoka de haut niveau. J’ai fait des études en STAPS, puis le professorat de sport réservé aux sportifs de haut niveau. J’évoluais au niveau international. 
  • Qu’avez-vous appris durant votre carrière ?
  • Le sport de haut niveau a la vertu d’apprendre la vie de manière différente. Cela était très constructif avec de belles valeurs telles que la rigueur, le dépassement de soi mais aussi et surtout le respect.
  • Quel a été l’après carrière ?
  • J’ai mis à profit toute mon expérience en tant que Professeur de Sport en 1990, puis en tant que correspondant régional de sport de haut niveau en Alsace tout en ayant un pied dans le judo avec un poste dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau alsaciens et l’entrainement des sections sport étude. En 1995 j’ai été conseiller technique régional de judo avec des missions régionales, interrégionales, nationales, et internationales pour la Fédération Française de Judo. C’est en 2003 que j’ai rejoint mon premier CREPS à Strasbourg où j’étais directeur adjoint et responsable du département sport de haut niveau. 7 ans plus tard, je deviens directeur adjoint du CREPS PACA et responsable d’Antibes. Le CREPS de PACA c’est 3 CREPS en 1. Je découvre ainsi de nouvelles disciplines et cela me permet de faire la rencontre d’Alain Bernard. J’ai fini par candidater pour être directeur de plein exercice au CREPS de Poitiers. C’est un CREPS où j’ai honoré ma première sélection internationale en 1985 lors des internationaux de judo.
  • La période 2003-2015 est longue sur la durée mais formatrice car j’avais l’impression d’apprendre un nouveau métier à chaque fois, et c’est encore le cas aujourd’hui.
  • Quel est votre projet, ici pour le CREPS de Poitiers ?
  • Tout d’abord, je souhaite bâtir avec les agents et les membres du conseil d’administration un projet d’établissement qui s’appuie sur le haut niveau, notre mission numéro 1, tout en essayant de mieux accompagner les sportifs individuels dans leur projet de vie. Il est également important de bien s’appuyer sur les deux fédérations qui sont implantées à Poitiers, à savoir la Fédération Française de Tennis, avec le centre des -15 ans et la Fédération des sports adaptés qui accueille les athlètes qui vont aller aux jeux olympiques dans 15 jours au Global Games. C’est vraiment un projet de haut niveau. Parallèlement, je souhaite construire via les fédérations présentes ici sur le haut niveau ou sur la formation, des accueils réguliers. 
  • C'est-à-dire ?
  • Il faut les fidéliser, avec une ou deux olympiades, mettre en place un accompagnement des sportifs, accueillir des stages qui se répètent d’année en année sur la formation des cadres départementaux et régionaux par exemple. L’établissement et ses 42 hectares permettent d’avoir une grande diversité.
  • Quel est votre projet concernant l’établissement ?
  • C’est une nécessité d’avoir une offre d’hébergement nouvelle car actuellement l’hébergement est assez vieillissant et faire peut-être également du réaménagement de voirie. Il y avait un projet d’établissement jusqu’en 2012 mais certaines choses n’ont pu être faites dû aux changements politique soit faute de moyen. Je souhaite un embellissement du site et surtout s’inscrire sur la durée malgré la réorganisation territoriale.
  • A ce sujet, comment cela va se dérouler ?
  • La position du Ministère aujourd’hui est très claire : maintenir les CREPS tels qu’ils sont. C'est-à-dire un à Bordeaux et un à Poitiers. Chacun avec nos spécificités, et bien sur des complémentarités entre les deux.
  • Quel est votre maitre mot ?
  • Toujours être au service de l’expertise, de la performance, et des personnes qui viennent chez nous pour obtenir des diplômes. Pour les sportifs de haut niveau c’est travailler sur leur projet de vie et pour l’établissement c’est le triple E. Exigence, Expertise, au service de l’Excellence. On parle du triple A dans l’économie, et dans le sport j’aime bien le triple E. On peut très bien le mettre pour les sportifs de haut niveau, nos formations et notre organisation interne. C’est transversal. J’y tiens. Dans mon organisation j’aime pouvoir m’appuyer sur les responsables du département de leur service et faire un binôme avec mon adjoint Eric Dudoit, car à plusieurs on fait beaucoup mieux et beaucoup plus que seul.
  •  
  • Il n’y a pas de doute, le Conseil Départemental et le CREPS aiment le sport… 
  •  
  •  
  • Victor TABUTEAU – Webzine Le Petit Musclé.

> Voir toutes les dépêches du même auteur    > Partager sur votre page Facebook

Le club du mois

Publicité
Vignette vidéo Résumé du match PB86/Elan de Châlon VIDEO - Basket Ball - Poitiers Basket 86
Résumé du match PB86/Elan de Châlon

LES PHOTOS

Conception et réalisation : Hoplie - Agence MBA