03/10/2012 - Volley Ball - CEP Poitiers Saint Benoit

Explosivité, vitesse...oui, mais on s'entraîne comment?

Le sport de notre dernière décennie a vu se développer considérablement la préparation physique aussi bien au sein des différentes disciplines sportives que chez des personnes autrefois sédentaires. Malheureusement, les dernières avancées scientifiques ont encore très peu d’influence sur les programmes mis en place sur le terrain. Prenons l’exemple des programmes de reprise en fin d’été : combien sont encore basés sur le développement de qualités de type aérobie alors même que la discipline pratiquée est exclusivement de type explosif.

Simon Riguet, préparateur physique de sportifs de haut niveau et coach à domicile, vous propose quelques unes de ses idées concernant la préparation physique. Travaillant avec l’équipe de Nationale 1 du CEP Poitiers Saint-Benoit, il utilise l’exemple du volley-ball pour vous donner des exemples de travail pour une activité où les qualités d’explosivité et de vitesse sont primordiales.

Simon, tu es le préparateur physique de l’équipe du CEP Poitiers/Saint-Benoit VB, quels sont tes objectifs, tes moyens dans ce domaine et comment les dupliquer sur d’autres sports ?

Quelque soit votre discipline, lorsque vous souhaitez mettre en place des exercices visant une amélioration des qualités physiques, il vous faut avant tout observer les contraintes de l’activité. Dans cette optique, voilà comment j’ai imaginé le volley-ball : c’est un sport où il faut pouvoir se déplacer très rapidement sur une zone de 3 à4 mètres, il faut être capable d’être proche du sol mais aussi le plus loin possible (saut) tout en gardant un équilibre optimal, enfin il faut que les actions puissent être déclenchées dans un laps de temps très court. Dans cette optique voilà ce que je souhaite développer en début de saison :

  • les qualités de « pied » (flexion plantaire et contraction du mollet)
  • les qualités d’explosivité des jambes et des bras (créer de la vitesse)
  • les qualités de fixation du tronc (gainage dynamique ou semi-dynamique)
  • les qualités de déclenchement (travailler avec des signaux auditifs ou visuels)

L’ensemble de ces qualités, lors d’une reprise, peuvent être développées avec très peu de matériel, il faut en revanche que les consignes soient adaptées et que l’investissement des sportifs soit maximal afin que les résultats apparaissent rapidement. Pour le travail des jambes : des plots, des haies et des lattes suffisent. Les exercices sont intenses et de courte durée, ce qui nécessite au préalable un échauffement de qualité. En ce qui concerne notre équipe, nous avons opté pour un échauffement de type athlétique basé sur des gammes techniques (montées de genoux, pas chassés.. etc.). Pour le travail de gainage : des fitball et des médecines Ball sont nécessaires. Une organisation en circuits de plusieurs ateliers est souvent privilégiée mais certains exercices sont effectués en groupe. Le plus important c’est que les exercices se rapprochent d’une action effectuée sur le terrain et qu’ils mettent en difficulté les joueurs. Pour le développement du gainage, les méthodes de travail sont un peu différentes et doivent être sortie du contexte de jeu.

Notons que ce fonctionnement, au niveau Nationale 1, ne convient que pour un début de saison. Celui-ci permet de retrouver un bon niveau sur l’ensemble des actions et de le développer dans certains cas mais n’empêchera aucunement un travail ultérieur en salle de musculation pour développer les qualités musculaires de chacun. Quoiqu’il en soit tout au long de la saison, ce sont les qualités citées plus haut qui seront développées. Lors d’un travail avec charges additives (salle de musculation), l’accent sera mis sur la création de vitesse, autrement dis donner de la vitesse à une charge le plus tôt possible. Ici encore afin de respecter les contraintes de l’activité qui exigent de pouvoir effectuer une action dans un laps de temps très court. Ces méthodes sont efficaces mais demandent un véritable sérieux de la part des joueurs lors des séances de préparation physique.

Enfin il apparaît évident que les situations de match sont un enchainement d’actions et qu’il est important de pouvoir retarder l’accumulation de fatigue. Mais est-il nécessaire de rester en action plusieurs minutes sans récupération pour développer cette qualité ? Faut-il pousser le corps dans ses retranchements sur une même action quitte à diminuer la qualité d’exécution ? Mon avis est que pour notre activité qu’est le volley-ball, il est préférable d’effectuer des actions intenses avec des petites périodes de récupération mais de conserver une qualité gestuelle et une vitesse d’exécution intacte.

L’ensemble de ces idées développées pour le volley-ball peuvent être adaptées pour d’autres activités, je pense notamment au hand-ball… En ce qui concerne d’autres disciplines complètement différentes, les principes de réflexion restent les mêmes : il faut d’abord partir des contraintes liées à l’activité pour déduire des axes de travail et des exercices adaptés. Mon activité étant élargie au domaine du bien-être et de la remise en forme, j’ajouterais que le fonctionnement reste le même quelque soient les circonstances. Il faut adapter le programme de préparation physique à ce que chaque personne souhaite obtenir corporellement.

Pour terminer, il est important de respecter l’intégrité du corps humain. La première chose à faire est de se renseigner sur les postures à adoptées lors des différents exercices, je pense notamment pour le dos. La deuxième idée est qu’il faut être attentif au sportif qui s’entraine et rester continuellement à son écoute.

Simon RIGUET, Préparateur Physique

> Voir toutes les dépêches du même auteur    > Partager sur votre page Facebook

Le club du mois

Publicité
Vignette vidéo Résumé du match PB86/Elan de Châlon VIDEO - Basket Ball - Poitiers Basket 86
Résumé du match PB86/Elan de Châlon

LES PHOTOS

Conception et réalisation : Hoplie - Agence MBA