04/10/2012 - Handisport - Comité Départemental Handisport

Du sport assis dans un fauteuil

Du sport assis dans un fauteuil

J’aurais bien évidemment pu vous parler de tous ces sportifs accomplis qui considèrent comme sport le fait de regarder et vibrer devant un match de football confortablement assis dans leur canapé ou leur fauteuil. Et bien non, je vais tout simplement vous parler d’un sport que je connais bien pour le pratiquer maintenant depuis 18 ans, l’HANDIBASKET. C’est à dire, le basket pratiquer par des personnes handicapées. Afin que tout le monde puisse comprendre ce jeu et ainsi aller voir un match sans être perdu, je vais vous parler des règles et des principes de jeu, mais, de façon beaucoup plus détaillée.

Pour tout ce qui concerne les règles, ce n’est pas très compliqué puisque on reprend les règles du basket valide. Très peu d’aménagement. On joue sur le même terrain avec la ligne des trois points toujours à 6,25m et avec les mêmes panneaux, c’est à dire 3,05m de hauteur. Et le ballon est aussi identique. Comme chez les valides, une fois en possession du ballon, nous avons 24 secondes pour aller tenter un shoot et si possible marquer un panier. Car pour tout vous dire, le but du jeu est aussi le même: marquer des paniers et plus que les adversaires. Nous devons aussi passer la ligne médiane avant 8 secondes. Nous n’avons pas le droit de rester plus de 3 secondes dansla raquette. Leballon ne peut pas «être mort», c’est à dire sans passe ou sans rebond, pendant plus de 5 secondes.

Toujours comme chez les valides, il existe le retour en zone. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, cela correspond au fait qu’une fois la ligne médiane dépassée, je ne puisse pas revenir dans mon camps, de même que le ballon. Ce fait de match est plus courant en handisport, car contrairement au valides, nous sommes tout le temps en contact avec le sol. Donc, lors d’un demi-tour, il est facile de passer une roue derrière cette fameuse ligne médiane.

Pour ce qui est des fautes, là encore, on adopte la quasi-totalité des règles valides. Le basket est un sport de non-contact, donc pas de contact joueurs contre joueurs mais également le moins possible de contact fauteuils contre fauteuils. Du coup, si en attaque, je rentre dans un fauteuil à l’arrêt, on me siffle un passage en force.

Après deux fauteuils en mouvement qui se touchent, cela n’est pas toujours considéré comme faute. C’est pourquoi, lors d’un match, vous pourrez trouver qu’il y a beaucoup de chocs. D’un côté, chez les valides, ils ont le droit de se toucher afin de se positionner au mieux ou de savoir où est l’adversaire (généralement avec les coudes ou en s’appuyant avec le dos). Ici, c’est pareil sauf que c’est les fauteuils et donc c’est plus bruyant, donc plus impressionnant.

Je vais parler de la seule adaptation qui existe dans l’handibasket. Comme chez les valides, on peut être sifflé pour un marché. Quand on reçoit le ballon, un valide a le droit de faire deux pas sans faire de dribble. Nous, on a le droit à deux contacts sur les roues avant de faire une passe ou un dribble. Et c’est là que l’on a adapté le règlement à la particularité du fauteuil. Nous nous déplaçons grâce à nos bras et aux mains et nous manions le ballon aussi avec nos mains. Pour pouvoir traverser le terrain rapidement, nous avons donc le droit à la reprise de dribble. On peut donc, après deux poussées, faire un dribble, poser le ballon sur nos genoux et à nouveau dribbler. Et cela autant de fois qu’on le désire.

Maintenant que les règles sont connues de tous, entrons dans la grosse spécificité de l’HANDIBASKET, les joueurs.

N’importe quelle personne ayant un handicap physique peut faire partie d’une équipe. Mais suivant le handicap que nous avons, nous ne sommes pas tous «égaux». C’est pourquoi, la fédération a décidé de mettre en place un système de cotation des joueurs. Les joueurs sont cotés entre 0 et 5 points. Plus le joueur a un handicap lourd, plus les points sont bas.

Je vais déjà vous donner les différents handicaps et les symptômes de chacun.

- Tétraplégique: lésion au niveau des cervicales, donc mobilité moindre au niveau des 4 membres. Plus la lésion est haute, plus la mobilité des bras est faible.

- Paraplégique: lésion au niveau des dorsales et lombaires, donc membres inférieurs paralysés.

Dans les deux cas, les muscles placés sous le niveau de la lésion sont atteints. Donc, pour une paraplégie haute, lésion sixième dorsale, la personne n’aura pas l’usage de ses jambes mais ses abdominaux seront également plus faibles. A contrario, un paraplégique touché vers la dixième dorsale aura des abdominaux. Puis la paralysie peut être complète, donc aucune récupération, ou incomplète, donc récupération partielle.

- Spinabifida et poliomyélite: problème de développement ou de musculature sur les membres inférieurs et ont généralement une bonne tonicité au niveau du buste.

- Amputés: pas besoin d’explication, sauf que seuls les amputés de membres inférieurs sont concernés par la pratique de l’handibasket.

Du coup,

- Un tétraplégique sera coté 0,5 point

- Un paraplégique sans abdominaux sera généralement coté entre 1 ou 2 points.

- Un paraplégique avec abdominaux classé entre 2,5 et 3,5 points.

- Un amputé entre 4 et 4,5 points.

- Les spinabifidas et poliomyélites seront classés entre 2,5 et 4,5 points.

Dans tous les cas, les variations de points pour des handicaps semblables sont dues à la tonicité du tronc et leur proportion à utiliser leurs jambes. Car un joueur pouvant aller chercher un ballon à terre facilement et se relever sans l’aide d’une main sera coté plus haut qu’un autre joueur ayant un handicap similaire mais n’y parvenant pas.

Pour être complet, depuis quelques années, devant la diminution du nombre de pratiquants handicapés et le risque de voir des équipes disparaître, la fédération a accepté «les valides» en Handibasket. Du coup, ces joueurs sont cotés au maximum, c’est à dire 5 points.

Dernière chose, il existe des abattements de points pour les féminines et les jeunes, quand ils jouent hors des compétitions féminines ou espoir. On ôte 1,5 points. Donc, une féminine cotée 2,5 points qui joue avec nous sera cotée 1 point. Mais, il n’y a pas d’abattement pour les valides, même les jeunes ou les féminines.

Mais pourquoi cotés les joueurs, me direz-vous? En fait, suivant le niveau de compétitions, un nombre maximum est autorisé sur le terrain. En Nationale 2, nous avons le droit d’avoir deux valides sur la feuille de match et deux sur le terrain, pour un total de 15,5 points pour les 5 joueurs. En N1C, c’est 2 valides sur la feuille, un sur le terrain et 15 points. En N1B, c’est 1 sur la feuille et un sur le terrain et 14,5 points. Enfin en N1A, c’est 14 points et 1 valide. Aucun valide n’a le droit de jouer en international.

Pour ce qui est des fauteuils, vous vous rendrez compte qu’ils peuvent être différents. Cela vient des différentes marques de fabricants mais aussi il faut tenir compte du handicap et du jeu. Pour le jeu, depuis quelques années, on tente de se rapprocher de plus en plus du jeu valide avec des meneurs, des ailiers et des pivots. Il existe une réglementation pour les fauteuils. La plus importante concerne les hauteurs (avant et arrière) d’assise. On ne doit pas dépasser le53 centimètres. Si un joueur veut jouer pivot, on aura un fauteuil de 53 de haut arrière et avant. Mais pour cela, il faut avoir un bon tonus de tronc et des abdominaux, en plus d’être grand. Car il n’est pas judicieux de mettre une personne de 1m60 sur une assise haute. On aura donc le plus souvent à ce poste des valides, amputés et paraplégiques touchés bas ou incomplets.

A l’opposé, les paraplégiques haut ou les tétraplégiques devront avoir des fauteuils qui les maintiennent bien afin d’éviter de tomber sur l’avant ou les côtés. On aura souvent des assises en cuvette avec des hauteurs avant de 53 et arrière entre 35 et 40. Et du coup, ils joueront meneurs. Après, ceux qui n’ont pas de souci particulier iront vers les postes d’ailiers ou ailiers-forts.

Pour ce qui est de mon équipe, nous jouons pour Poitiers en Nationale 2, dansla poule Sud-Ouest. Nousrencontrons les équipes d’Angoulême, Anglet, Toulouse, Niort, Pau, Pavie, Caussade, Ash Bearnais.

J’espère avoir été complet sans être trop long et que cela vous a donné envie de voir des matchs (Voir calendrier à domicile joints). Entre les différents niveaux et les différentes poules de N2, vous aurez peut-être la chance d’avoir une équipe qui joue dans votre ville. Vous pouvez aller voir les calendriers des matchs à venir sur le site de la fédération française debasket ball,dont je vous donne le lien:

http://www.basketfrance.com/ et vous allez ensuite dans «championnats» puis «handisport».

Alors n’hésitez pas, venez voir des matchs au gymnase Aliénor d’Aquitaine de Poitiers, même si les joueurs sont dans un fauteuil, ils se dépensent.

P. PERROT

> Voir toutes les dépêches du même auteur    > Partager sur votre page Facebook

Le club du mois

Publicité
Vignette vidéo Résumé du match PB86/Elan de Châlon VIDEO - Basket Ball - Poitiers Basket 86
Résumé du match PB86/Elan de Châlon

LES PHOTOS

Conception et réalisation : Hoplie - Agence MBA