04/10/2012 - Handisport - Comité Départemental Handisport

Et si on faisait une partie de Boccia?

LA BOCCIA

Je vais continuer à vous présenter ces sports méconnus pour beaucoup mais qui sont plus qu’important pour de nombreuses personnes. Après le basket et le torball, je vais vous parler de la Boccia, sport que l’on pourrait croiser près d’une terrasse de café près du Vieux Port. Les stars de ce sport auraient pu se prénommer Quintais, Suchaud ou Foyot, mais eux se contentent de la vraie pétanque, celle avec les boules en métal. Mais les joueurs de boccia sont aussi doués et précis qu’eux. Le matériel, le jeu, les joueurs, le règlement, le déroulement d’une partie, voilà ce qui vous attend dans cet article. Alors, on pointe ou on tire.

Pour commencer, la boccia, prononcer «botcha», est un sport dont les origines remontent à la Grèce Antique, puis elle fut développée à partir du jeu de boule pratiqué par les Italiens au XVIème siècle. Mais les compétitions internationales sont récentes puisqu’elles sont apparues seulement lors des Paralympiques de Barcelone en 1992. Pour information, les premiers paralympiques eurent lieu en 1960 à Rome. Mais c’est quand même plutôt bien développé puisqu’une trentaine de pays la pratique. La boccia concerne surtout les personnes qui ont des handicaps sévères, comme ceux qui ont subi des traumatismes crâniens ou qui sont atteints de paralysies cérébrales.

Maintenant, je vais vous parler des joueurs, du terrain et du matériel utilisés avant de se lancer dans le jeu.

Les athlètes, suivant leurs handicaps, sont classés en quatre catégories:

- BC1: athlètes paralysés cérébraux qui peuvent être aidés d’un assistant qui doit rester en dehors de l’aire de jeu de l’athlète. Son rôle se limite à stabiliser ou ajuster le fauteuil roulant ou passer une boule au joueur. Les athlètes peuvent utiliser un accessoire pour envoyer la boule et peuvent jouer en individuel et/ou en équipe de 3.

- BC2: athlètes paralysés cérébraux qui ne peuvent être assistés. Peuvent jouer en individuel et/ou en équipe de 3.

- BC3: athlètes ayant d’importantes difficultés motrices qui peuvent utiliser un accessoire pour envoyer la boule et être aidés d’un assistant. Ce dernier reste dans l’aire de jeu du joueur, mais il fait dos au terrain et garde les yeux tournés vers l’extérieur. Les athlètes peuvent jouer ne individuel et/ou en paire.

- BC4: athlètes ayant d’importantes difficultés motrices autres que la paralysie cérébrale et qui évoluent sans assistant.

Pour ce qui est des accessoires, ces derniers ne sont autorisés en compétitions internationales que depuis les Jeux Paralympiques de 1996 à Atlanta.

En ce qui concerne le terrain, la boccia se pratique sur une aire de jeu spécifique de 12,5m de long sur 6m de large, préalablement tracé de 6 postes de jeu de 1 à 6. La plupart du temps, le jeu se déroule sur un terrain couvert.

Pour le matériel, on utilise des boules en cuir faites entièrement à la main. Elles sont remplies de billes de plastique. Elles sont imperméabilisées, pèsent entre 270 et 290 grammes et ont un diamètre de 8,2 cm ou une circonférence de 270 mm

En fonction de la catégorie d’handicap, nous avons vu que l’athlète ne pouvant pas lancer la balle à la main, peut avoir recours à un système d’aide facilitant la pratique: gouttière ou rampe de lancement ou pointeur de tête (Licorne). C’est l’assistant, dos tourné au jeu, qui positionnera et orientera la gouttière à la demande du joueur et lui donnera la balle dans les mains.

Comme je l’ai dit en introduction, la boccia est un dérivé de la pétanque. Ainsi comme à la pétanque, il existe plusieurs façons d’y jouer.

En effet, la boccia peut se jouer soit en individuel, soit en équipe de deux ou en équipe de trois. Les équipes peuvent être mixtes ou pas. Quelle que soit la formule choisie, la boccia se joue avec 13 boules, 6 rouges, 6 bleues et une blanche appelée «jack», mais aussi connue sous le dénominatif de cochonnet.

Si on participe à une épreuve individuelle, chaque joueur aura alors 6 boules et la partie se jouera en 4 mènes ou manches, les deux adversaires lançant chacun le jack deux fois en alternant à chaque manche.

On joue en double, on aura alors 3 boules. Chaque joueur lancera la boule blanche une fois, en alternant les équipes à chaque manche. La partie se joue donc en 4 mènes.

Par équipes ou en triplette, 2 boules par athlètes. La partie se déroule alors en 6 mènes puisque chaque athlète lance à tour de rôle le jack, toujours en alternant les équipes à chaque manche.

Avant chaque début de partie, l’arbitre effectue un tirage au sort afin de désigner les couleurs de boules pour chaque équipe. En effet, c’est toujours l’équipe rouge qui débute une partie. Et c’est à ce moment là qu’interviennent les aires de lancement qui sont tracées sur le terrain.

En individuel, le joueur rouge se place dans l’aire 3 et le joueur bleu dans l’aire 4. En double, les rouges seront en 2 et 4 et les bleus en 3 et 5. En triplette, les rouges se trouveront dans les aires 1, 3, 5 et les bleus dans celles numérotées 2, 4 et 6.

Cette fois, nous savons donc où l’on peut jouer, avec quel matériel et contre quels adversaires. Nous pouvons donc entrer dans le stade et nous lancer dans une partie de haute volée.

Bien entendu, l’objectif de la boccia est le même que celui de la pétanque: envoyer sa ou ses boules le plus près possible du cochonnet.

L’équipe ayant les boules rouges lance donc le cochonnet. Ce sera le joueur qui se trouve dans l’aire avec le plus petit numéro qui commence. Il lance donc le jack dans la partie valide du terrain. La région valide est la partie de l’aire de jeu se trouvant entre les lignes latérales et après la ligne «V» ou ligne du cochonnet. Si le lancer est invalide, le cochonnet sera alors lancé par le joueur qui devait lancer à la manche suivante. De ce fait, ce joueur aura peut-être deux lancers de cochonnet à effectuer à suivre.

Le cochonnet est valide, je lance ma première boule. Là aussi, il faut qu’elle soit sur le terrain, si elle sort, je lance à nouveau. Je joue en paire ou en équipe, ce sera au capitaine de désigner le second lanceur. Tant qu’il n’y a pas de balles sur le terrain, la même équipe continue à lancer. Et ce, jusqu’à ce que l’équipe ait lancé toutes ses balles. La boule est validée, c’est donc au tour de l’équipe adverse de lancer. Là aussi, il faut que la boule soit valide. Comme à la pétanque, l’équipe continue à lancer tant qu’elle ne s’est pas approchée plus près du cochonnet que l’équipe adverse. Quand on n’a plus de boules, c’est l’équipe adverse qui finit de lancer.

Une fois toutes les boules lancées, l’arbitre annonce le pointage de cette manche. Puis l’arbitre annonce verbalement la fin de la manche. Une fois la manche terminée, dans le cas des catégories BC3, les assistants sportifs ont alors le droit de se retourner et de regarder le terrain. S’ils le font avant l’annonce de fin de partie et regardent l’aire de jeu, l’arbitre les avertira et le joueur, dont l’assistant aura vu le terrain, n’aura plus le droit de demander de mesurage. Une fois l’annonce «manche terminée» faite, les assistants peuvent également aller ramasser les boules des joueurs.

Toujours comme à la pétanque, on peut placer ses boules mais aussi tirer celles de l’adversaire. Bien sûr, avec des boules en cuir, la puissance sera beaucoup plus faible qu’avec les boules en fer. Mais elle pourra être suffisante pour bouger les boules se trouvant sur le terrain. Il peut même arriver que l’on frappe le cochonnet assez fort et que celui-ci sorte du terrain. Il sera alors replacé sur la croix au centre du terrain. L’équipe dont la boule n’est pas la plus prêt du cochonnet lance alors la prochaine balle.

On gagne une mène quand on a la boule le plus prêt du cochonnet et on marque un point pour chaque boule qui sera plus prêt du cochonnet que la meilleure boule de l’adversaire. Mais il arrive que deux boules de couleurs différentes se trouvent à distance égale du jack. Dans ce cas, chaque équipe marquera un point. A la fin de toutes les mènes, on fait le pointage de chaque équipe. L’équipe gagnante sera celle qui aura obtenu le plus de points. Il peut arriver que les deux équipes soient à égalité, on dispute alors un «bris d’égalité». Pour cette manche supplémentaire, le gagnant du tirage au sort décide quelle équipe commence. On place le cochonnet sur la croix et ensuite, tout se déroule comme une mène régulière. Si à la fin du bris, il y a encore égalité, on rejoue un bris et ce, jusqu’à ce que les équipes soient départagées.

On peut se dire que ce sport est tranquille, mais il existe un règlement très strict et chaque joueur doit être très attentif afin de ne pas se faire pénaliser. Car à chaque pénalité accordée, c’est deux boules en plus à lancer pour l’équipe adverse. L’arbitre peut pénaliser:

- Les joueurs qui discutent entre eux ou avec leurs assistants sportifs pendant une manche

- Un joueur qui sort de son aire de lancement

- La rampe d’un joueur chevauche la ligne de l’aire de lancement

- Un joueur qui prépare son prochain lancer en bougeant son fauteuil ou ses accessoires alors que c’est au côté adverse de jouer

- Lancer sans avoir une fesse en contact avec le fauteuil.

En plus des pénalités, il y a aussi les retraits de balles. Les actions suivantes seront sanctionnées d’un retrait de balle:

- Le joueur ou l’assistant arrête la balle dans la rampe

- Le joueur lance la balle alors que c’est au camp adverse

- Le joueur n’a pas été la dernière personne à toucher la balle

- L’assistant sportif n’a pas bougé la rampe entre deux lancers

Donc, il faut être très vigilant car les joueurs ont en plus un temps limite pour jouer chaque manche. La durée des manches étant calculée soit par l’arbitre, soit par le marqueur.

Pour les catégories BC1, BC2 et BC4, la limite de temps sera de 5 minutes par joueur et par manche.

En BC3, ce sera 6 minutes.

En double BC3, on aura 6 minutes/joueur/manche

En double BC4, 8 minutes/joueur/manche

En équipe, 6minutes/joueur/manche.

La boccia est donc un sport entier avec ses fédérations, son règlement, ses compétions. Les pays les plus forts sont le Portugal, l’Espagne, l’Argentine, le Brésil et les Pays Asiatiques. Aux Paralympiques de Pékin, voici les différents médaillés par catégories:

BC1: Fenandez (POR) - Marques (POR) - Shelly (IRE)

BC2: Kwok (HKG) - Murray (GBR) - Martin (ESP)

BC3: Park (KOR) - Polychronidis (GRE) - Jeong (KOR)

BC4: Pinto (BRE) - Leung ( HKG) - Santos (BRA)

Mais, elle peut se pratiquer également en loisir et cela est même très bien pour faire participer les amis et la famille. C’est un sport qui fait appel à la tactique, à la technique, au physique et à l’esprit. Cela exige aussi précision et contrôle musculaire, nécessitant un maximum de concentration et d’habileté au plus haut niveau.

Donc, si vous aimez la pétanque, que vous avez un ami handicapé lourdement, qu’il pleut souvent chez vous ou que vous êtes un peu fainéant, prenez une chaise et mettez-vous à la boccia. C’est un sport ou un loisir pour tous, un jeu d’habileté qui peut se jouer par les hommes ou les femmes de tout âge, qu’ils aient un handicap ou non.

P. PERROT

> Voir toutes les dépêches du même auteur    > Partager sur votre page Facebook

Le club du mois

Publicité
Vignette vidéo Résumé du match PB86/Elan de Châlon VIDEO - Basket Ball - Poitiers Basket 86
Résumé du match PB86/Elan de Châlon

LES PHOTOS

Conception et réalisation : Hoplie - Agence MBA